À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL
SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

Le « bore-out », lié à l’ennui au travail, reconnu en France

Publié le 23 juin 2020
Par
À l'inverse du « burn-out », le « bore-out » est la conséquence d'un épuisement dû à l'ennui au travail. La cour d’appel de Paris vient d'admettre que cette situation peut constituer un phénomène de harcèlement moral.

Un salarié est engagé le 1er décembre 2006 en qualité de responsable des services généraux. Il est ensuite en arrêt maladie à compter du 16 mars 2014.

Il est alors convoqué à un entretien préalable puis licencié pour « absence prolongée désorganisant l'entreprise et nécessitant son remplacement définitif », par lettre datée du 30 septembre 2014.

Le conseil de prud'hommes condamne finalement l'employeur pour licenciement nul et harcèlement moral en mars 2018.

Devant la cour d'appel de Paris, le salarié rappelle les faits de harcèlement moral qu'il a pu subir comme, par exemple, une pratique de mise à l'écart caractérisée par le fait d'avoir été maintenu à son poste pendant les dernières années de sa relation de travail sans se voir confier de réelles tâches correspondant à sa qualification et à ses fonctions contractuelles.

Il ajoute aussi dans ses demandes en appel la reconnaissance du « bore-out » (syndrome opposé à celui du « burn-out ») auquel il a été confronté faute de tâches à accomplir.

Pour appuyer sa demande, le salarié apporte à la cour les éléments suivants :

La cour d'appel a retenu de ces données circonstanciées que le salarié établissait la matérialité de faits précis et concordants à l'appui d'un harcèlement répété et que, pris dans leur ensemble, ces faits permettaient de présumer un harcèlement moral que l'employeur ne parvenait pas à contester.
Cet arrêt de la cour d'appel de Paris ouvre ainsi la porte d'une reconnaissance du « bore-out » par la justice française, par le biais de la qualification de harcèlement moral.