À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT
ToutCECHSCTCSEDP/DS

Eclairage

Eclairage de locaux particuliers

L'exécution d'une tâche visuelle demande un éclairage adapté, qui s'obtient par un niveau d'éclairement suffisant en quantité et en qualité.

Les niveaux d'éclairement indiqués dans le tableau, page précédente, concernent l'éclairage en général. Ces niveaux sont insuffisants pour les tâches nécessitant la perception du détail.

Une circulaire ministérielle du 11 avril 1984 (JO du 11 mai) donne des exemples de valeurs d'éclairement minimal pour certaines activités, l'éclairement pouvant être obtenu par des éclairages localisés de la zone de travail en complément de l'éclairage général.

Selon le type d'activité,
exemples de valeurs d'éclairement minimal

Type d'activité

Éclairement minimal (en lux)

Mécanique moyenne, dactylographie, travaux de bureau

200

Travail de petites pièces, bureau de dessin, mécanographie

300

Mécanique ne, gravure, comparaison de couleurs, dessins difficiles, industrie du vêtement

400

Mécanique de précision, électronique ne, contrôles divers

600

Tâche très difficile dans l'industrie ou les laboratoires

800

Niveaux d'éclairement

Pour maintenir des niveaux d'éclairement satisfaisants, le matériel d'éclairage doit pouvoir être entretenu aisément. L'employeur fixe les règles d'entretien périodique du matériel, en vue d'assurer la correcte application de la réglementation. Ces règles doivent être consignées dans un document. Celui-ci doit être communiqué aux membres du CHSCT ou, à défaut, aux délégués du personnel.

Locaux en sous-sol

Les bâtiments sont conçus et disposés de telle sorte que la lumière naturelle puisse être utilisée pour l'éclairage des locaux destinés à être affectés au travail, sauf dans les cas où la nature technique des activités s'y oppose (art. R.4213-2 du Code du travail). Les locaux destinés à être affectés au travail comportent, à hauteur des yeux, des baies transparentes donnant sur l'extérieur, sauf en cas d'incompatibilité avec la nature des activités envisagées (art. R. 4213-3 du Code du travail).