À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

4.2.2 Le licenciement pour motif non disciplinaire

Dicté par l'intérêt de l'entreprise, un salarié peut être licencié pour un motif non lié à une faute, à condition d'invoquer une cause réelle et sérieuse. Ainsi, en matière non disciplinaire, la jurisprudence a dégagé, puis précisé, les principaux motifs de licenciement : le motif professionnel lié à l'insuffisance professionnelle mais aussi les motifs issus des considérations subjectives de l'employeur. Sur le cas particulier du licenciement lié à l'état de santé du salarié résultant d'une maladie non professionnelle, voir L’exécution du contrat : La maladie du salarié.

I – Licenciement lié à un motif professionnel

* L'insuffisance professionnelle

Lorsque le salarié n'est pas en mesure, malgré tous ses efforts, d'exécuter son travail de façon satisfaisante, l'employeur peut, à certaines conditions, licencier le salarié pour insuffisance professionnelle.
Mais si l'insuffisance professionnelle ne présente pas un caractère fautif, elle ne peut donner lieu à un licenciement disciplinaire (Cass. soc. 20 oct. 2009, n° 08-42066).
Il appartient à l'employeur d'établir cette insuffisance par des éléments précis et objectifs. À défaut le licenciement est sans cause réelle et sérieuse.

* L'insuffisance de résultats

L'insuffisance de résultats ne peut en elle-même être une cause réelle et sérieuse de licenciement (Cass. soc. 19 oct. 2007, n° 05-45980).
Elle ne peut résulter que d'une faute du salarié ou de son insuffisance professionnelle (Cass. soc. 25 fév. 2003, n° 00-42866).
Dans le premier cas, le licenciement sera déclaré fautif. Dans le second cas, les objectifs ne sont pas réalisés en raison de l'incapacité du salarié à les atteindre, et ce en dépit de tous ses efforts. Ainsi, dès lors que l'insuffisance professionnelle est établie, l'employeur n'a pas à avancer une faute du salarié pour procéder au licenciement du salarié (Cass. soc. 13 janv. 2004, n° 01-45931 et n° 01-45932).
Le juge n'a pas à substituer son appréciation à celle de l'employeur.

Mais il doit vérifier :

II – Le licenciement résultant des considérations subjectives de l'employeur : la perte de confiance, la mésentente et l'incompatibilité d'humeur

* La perte de confiance

La perte de confiance ne peut jamais constituer en tant que telle une cause de licenciement, même quand elle repose sur des éléments objectifs. Seuls ces éléments objectifs peuvent, le cas échéant, constituer une cause de licenciement, mais non la perte de confiance qui a pu en résulter pour l'employeur (Cass. soc. 29 mai 2001, n° 98-46341 et Cass. soc. 30 mars 2005, n° 03-41380).

À NOTERSi la perte de confiance ne constitue pas en elle-même une cause de licenciement, les motifs peuvent en eux-mêmes justifier un licenciement. Deux situations peuvent se présenter :
• soit l'employeur invoque des griefs justifiant à eux seuls un licenciement ;
• soit les faits reprochés au salarié ne légitiment pas la rupture, même s'ils provoquent une perte de confiance de l'employeur (Cass. soc. 13 janv. 2004, n° 01-47178.)
Il faut donc rechercher la cause exacte et le motif réel de rupture, qui, très souvent est un motif caché (par exemple, si le salarié n'a pas été remplacé, alors il s'agit sûrement d'un licenciement pour motif économique déguisé). Le juge peut notamment vérifier dans le registre unique du personnel le remplacement du salarié licencié au même poste et à la même qualification.

* L'incompatibilité d'humeur

L'incompatibilité d'humeur ne peut justifier en elle-même un licenciement.
Par exemple, la lettre de licenciement se bornant à invoquer ce motif ne répond pas à l'exigence de motif précis énoncée à l'article L. 1232-6 du Code du travail. Le licenciement est sans cause réelle et sérieuse (Cass. soc. 26 janv. 2005, n° 03-43497).
Mais l'incompatibilité d'humeur peut justifier un licenciement lorsqu'elle repose sur des faits matériellement vérifiables (Cass. soc. 2 avril 2003, n° 01-42294).

* La mésentente

La mésentente pour être un motif légitime de rupture du contrat doit reposer sur des éléments objectifs imputables au salarié et avoir une incidence sur la bonne marche de l'entreprise. Elle ne constitue donc pas en soi un motif de licenciement (Cass. soc. 27 fév. 2007, n° 05-42356).
La mésentente doit être imputable au salarié, il importe peu qu'elle ne soit pas exclusivement attribuable au salarié (Cass. soc. 19 juin 1985, n° 82-40760).
Cependant, lorsque la mésentente résulte du comportement du supérieur hiérarchique du salarié ou de l'employeur, le licenciement du salarié est sans cause réelle et sérieuse (Cass. soc. 12 janv. 2000, n° 97-43936).

La mésentente doit également avoir une incidence sur le bon fonctionnement de l'entreprise. Il peut s'agir par exemple :