À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

Retraite

Retraite complémentaire

Le droit aux retraites complémentaires est acquis à tous les salariés ou anciens salariés, même pour les périodes de salariat antérieures à l'obligation de cotiser. L'accord du 18 mars 2011 entre les syndicats et le patronat (non signé par la CGT et la CGC) porte alignement des régimes complémentaires sur les régimes de base pour ce qui concerne les âges, en particulier celui de la retraite sans abattement. Ainsi, ce dernier est porté de 65 à 67 ans.

Régimes par points

Les cotisations versées tout au long de la période d'activité du salarié permettent l'acquisition de points qui, au jour de la liquidation, sont convertis en une pension. Les droits à retraite dépendent des cotisations versées, du prix d'acquisition du point (salaire de référence) et de la valeur du point. Le nombre de points inscrits chaque année au compte des participants est obtenu en divisant le montant des cotisations contractuelles de l'exercice par la valeur du salaire de référence de ce même exercice.

Pour percevoir sa retraite sans abattement dès l'âge requis, le salarié doit pouvoir percevoir une pension vieillesse calculée au taux plein de 50 %.

Dans le cas contraire, la retraite demandée avant 65 ans est réduite en fonction de l'âge et/ou de la durée d'assurance de l'intéressé. Cette réduction peut varier de 4 % à 22 %. À partir de 65 ans, la retraite est toujours calculée sans abattement. Ainsi à 60 ans, les points de retraite sont affectés du coefficient 0,78 ; à 61 ans : 0,83 ; à 62 ans : 0,88 ; à 63 ans : 0,92 ; à 64 ans : 0,96. Entre 60 et 62 ans, le coefficient est majoré de 0,0125 par trimestre d'âge supplémentaire ; de 62 à 65 ans ce coefficient est de 0,01 par trimestre.

Retraite des cadres

Les salariés cadres ou assimilés comme tels cotisent au régime de retraite complémentaire des cadres (Agirc).

Ces cotisations portent sur la tranche de rémunération supérieure au plafond de la Sécurité sociale (39 228 euros par an au 1er janvier 2017), sans pouvoir excéder quatre fois ce plafond. Cette fraction du salaire est appelée tranche B ou T2.

Pour la fraction de leur rémunération inférieure au plafond de la Sécurité sociale, les cadres cotisent aussi à une caisse des salariés non-cadres (affiliée à l'Arrco).