À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

Jeunes

Accompagnement des jeunes sans qualification

Les jeunes âgés de 16 à 25 ans qui n'auraient pas validé un second cycle de l'enseignement secondaire et qui ne seraient pas titulaires d'un diplôme d'enseignement technologique ou professionnel, ainsi que les personnes les plus éloignées de l'emploi – à savoir les bénéficiaires des minima sociaux ou les personnes ayant bénéficié d'un contrat unique d'insertion – bénéficient désormais d'un accompagnement renforcé dans le cadre du contrat de professionnalisation (art. L. 6325-1, 3° du Code du travail).

Durée spécifique de l'action de professionnalisation

L'action de professionnalisation doit avoir une durée minimale comprise entre 6 et 12 mois ; mais cette durée peut être prolongée jusqu'à 24 mois pour les jeunes sans qualification mentionnés ci-dessus et les bénéficiaires de minima sociaux.

Si le contrat de travail est à durée déterminée, la durée de l'action de professionnalisation se confond avec celle du contrat. Si le contrat est à durée indéterminée, l'action de professionnalisation se situe en début du contrat.

La durée minimale des actions d'évaluation et d'accompagnement ainsi que des enseignements généraux, professionnels et technologiques de ces mêmes bénéficiaires peut être étendue au-delà du 25 % de la durée totale du contrat ou de l'action de professionnalisation.

Accompagnement par un tuteur externe

Les actions d'évaluation, d'accompagnement et de formation mises en œuvre dans le cadre du contrat de professionnalisation sont prises en charge par les organismes paritaires collecteurs agréés des fonds de la formation professionnelle (OPCA) sur la base des forfaits horaires fixés par accord collectif de branche ou, à défaut, par un accord conclu entre les signataires de l'accord constitutif d'un OPCA. Ces organismes peuvent aussi prendre en charge une partie des dépenses de tutorat externe à l'entreprise engagées pour ces jeunes en particulière difficulté.

Ce tuteur externe épaule le bénéficiaire sur des questions non directement liées à l'activité de l'entreprise déterminantes pour ce dernier (santé, logement, transports, etc.).